VENDREDI 12 MAI • 19H

La troupe de Garn El Kassbah, du nom du plus vieux quartier d’Atar, tire son art à la source d’une des plus vieilles écoles du genre. Avec elle, nous raviverons, le temps d’une soirée à l’IfM, le souvenir de sons oasiens perdus.

« Bendja, c’est plus qu’une musique, c’est un art de vivre, un choix ; c’est l’affirmation de son moi intérieur contre tout ce qui nous entoure, c’est le rythme qui habite les corps, se laisser guider par tout ce qui s’agite dans les tréfonds de son âme, laisser agir les éléments, n’être plus que plénitude, se laisser emporter par les flots des sons ». M’Bareck Beyrouk.