Le monde arabe vit un tournant de son histoire. Un « tsunami des jeunes » bouleverse l’ordre établi. Mais c’est en Syrie que le choc a été le plus violent : les jeunes se sont lancés pour réclamer « liberté et dignité », voulant « abattre le régime sans parler politique ». La réponse violente du régime et l’intervention des puissances régionales ont peu à peu, et de concert, fait glisser le soulèvement en une guerre civile. Plus de deux ans après leurs révolutions, le nouveau contrat social peine à s’écrire en Tunisie, en Egypte, en Libye ou au Yémen. C’est en Syrie qu’il s’écrit… et au prix fort.

Samir Aïta est économiste, spécialiste de la Syrie, ex- responsable de l’édition arabe du Monde diplomatique et actuellement président du Cercle des économistes arabes.